Dans les pas des pionnières

Savez-vous qu’Henriette d’Angeville, première femme à avoir organisé son expédition au sommet du Mont-Blanc, a vécu à Lausanne ? Que la meilleure tenniswoman suisse avant l’arrivée de Martina Hingis, Lolette Payot, a grandi à Montchoisi ? Que l’herbier de Rosalie de Constant sert encore de référence dans l’histoire de la flore ? Que c’est une lausannoise, Valérie de Gasparin Boissier, qui ouvre la première école laïque d’infirmières au monde ? 

Pour la première fois, une publication retrace la vie de 100 femmes qui ont marqué de leur empreinte la Ville de Lausanne de l’an 1000 au 20e siècle. Scientifiques, militantes, artistes, thérapeutes, sportives, pédagogues ou … anonymes, elles sont mises en lumière dans l’ouvrage qui est sorti le 1er mars chez Antipodes « 100 femmes qui ont fait Lausanne ». Les dessins de l’artiste lausannoise Hélène Becquelin illustrent avec poésie et légèreté ces cent destins hors-du-commun et font de 100 femmes qui ont fait Lausanne un ouvrage aussi instructif qu’inspirant.

La Ville a ainsi voulu rendre hommage à des femmes, maintenant décédées, qui y sont nées ou qui y ont vécu. Elles ont contribué à l’évolution de sa société à travers les années, les siècles pour certaines d’entre elles, malgré les obstacles qu’elles ont dû traverser en raison de leur genre. En effet, l’Histoire – avec un grand H – a le plus souvent été écrite par des hommes, et les contributions féminines dans de nombreuses réalisations passées sous silence. J’ai eu le grand plaisir de participer, modestement, à cette mise en lumière.

Le nombre de personnalités susceptibles de figurer dans l’ouvrage m’a agréablement surprise; il a fallu en choisir cent parmi plus de mille. Mais comment se prononcer tant ces destins sont variés et leur découverte passionnante ? La diversité des domaines concernés est également étonnante, d’autant que les sources qui sont parvenues jusqu’à nous sont davantage documentées pour les personnes ayant laissé des écrits que pour celles n’ayant pas eu accès à ce type d’éducation – ou au temps libre ! C’est également pour cette raison que le dernier portrait est intitulé « Anonymes, invisibles et oubliées » afin que l’on se souvienne aussi des apports de toutes celles qui, inconnues, ont également contribué à l’essor de notre société.

Je vous souhaite une bonne lecture !

Marie-Christine Moriggi Berney

Membre du comité du CLAFV

 

 

100 femmes qui ont fait Lausanne est un projet de la Ville de Lausanne. Il a été réalisé par un groupe d’expertes, sociologues, journalistes et historiennes lausannoises et romandes, y compris trois membres du comiité du CLAFV : Marie-Christine Moriggi Berney, Mary Mayenfisch-Tobin et Stéfanie Brander. Les illustrations sont l’œuvre de la dessinatrice Hélène Becquelin.

Clip promotionnel

Page internet 100 femmes